Ils et elles ont vécu une Bascule fertile !

Webinaire sur l'engagement

Le mardi 21 juillet, vous êtes plusieurs à avoir participé au webinaire autour de la question suivante : 

“À partir du besoin de réponse à la crise écologique et à l’urgence économique et sociale, comment déclencher, accompagner et ancrer le passage à l’action, tant individuel que collectif  ?”

Retour en vidéo sur ce moment partagé ! 

Les témoignages de basculeurs et basculeurs

C’est un voyage au coeur d’une potentialité à laquelle je n’osais pas croire, une vision renouvelée sur la manière de faire ensemble, de faire société, de coopérer, de s’aimer, de s’aider. Je retiens que je ne suis pas seule, et que les personnes partageant ce désir sont formidables et talentueuses […]

Merci de m’avoir fait franchir des barrières intérieures. Merci pour les sourires pendant la vaisselle, les fous rires aux toilettes sèches, la légèreté, les couchers de soleil, merci pour les tensions, les pleurs, les réconciliations, les réveils musicaux, les brossages de dents fous, les soirées… Merci de me faire sentir comme à la maison.

Julie

C’est une aventure extraordinaire que je vais vous raconter là : extra-ordinaire, parce que justement, au sens propre du terme, elle sort de l’ordinaire; ou du moins elle m’a sortie moi de ce qui aurait du être ma « vie ordinaire » : une vie semblable à tant d’autres allant dans le sens de la marche du monde. […]

Voilà ce que j’ai vécu : l’opportunité de pouvoir investir mon énergie dans quelque chose qui avait du sens, la rencontre avec des personnes qui ressentaient les mêmes choses que moi et le sentiment de pouvoir faire un pas de côté sur le chemin qui semblait pourtant déjà tout tracé. […]

Gouvernance partagée. Ce grand mot qui a marqué cette aventure : comment ne pas reproduire les modèles d’organisation de l’ancien monde qui conduisent intrinsèquement à façonner une société qui au delà de ne pas être viable, ne prend pas en compte l’environnement duquel elle dépend. […]

La force de La Bascule c’est pour moi d’être un pont entre le monde tel qu’on l’imagine – et qu’il devrait être si on le veut viable et vivable pour les années qui viennent – et le monde tel qu’il est aujourd’hui.

J’étais venu à la bascule pour changer le monde, mais cette aventure m’a d’abord changé moi. Et oui, l’une des plus grosses leçons que je tire de ces 7 derniers mois c’est qu’il n’y aura pas de changement de société sans changement de paradigme intérieur : déconstruire son rapport au temps, à la nature, aux autres. Et le construire autrement. C’est pour ça que La Bascule est pertinente : faire changer la vie des personnes, leur faire prendre un chemin utile pour l’intérêt général et cohérent avec l’état du monde actuel, et leur permettre d’être réellement acteur du changement.

Maxime

Tanguy

Je suis arrivé à l’ancienne Polyclinique de Pontivy le 11 mars 2019, mu par la folle envie d’échanger sur l’écologie et de m’engager en conséquence. Outre les projets, les ratés, les accomplissements, je veux retenir une atmosphère de jeunesse, de doutes et de ferveur.
Je veux me souvenir des rencontres, des sourires, et ce dépassement de mon égo dans la participation à quelque chose de plus grand. Sans naïveté, conscient des limites et des manquements, je peux dire que cette aventure a été structurante, qu’elle m’a aidé à me découvrir davantage, qu’elle a fait évoluer ma vision de la vie.

De loin l’expérience la plus enrichissante que j’ai connu dans ma vie jusqu’à aujourd’hui.

La Bascule a amplifié mon engagement, mon périmètre d’action : avant j’étais engagé avec un impact sur des lycéens socialement défavorisés. La Bascule m’a appris l’engagement à plus grande échelle (parce que mon projet s’applique sur l’échelle nationale). Ca permet de voir plus grand, gagner en ambition, et aussi avoir une meilleure vue d’ensemble. #PenserSystémique

De plus, La Bascule a amplifié le temps accordé à l’action : avant j’étais engagé sur un format bénévole classique (quelques heures par semaine). La Bascule m’a permis de voir ce que ça fait d’être engagé à temps plein. Et notamment de comprendre que l’engagement écologiste il se VIT : c’est pas juste le domaine de travail mais c’est aussi le mode de vie, le rapport aux autres, à la nature…

Bastien

Arthur

Ce que je peux retenir de cette improbable, incroyable et réelle aventure c’est l’implication d’un collectif au service d’une intention commune qu’est la raison d’être de La Bascule. Réussir à engranger et capitaliser; alors que cette communauté est apprenante, elle est tout aussi opérationnelle. La théorie peut venir après la pratique. […]
La Bascule m’a permise de prouver mon engagement auprès de mes proches, auprès de moi, mais surtout d’éprouver mon envie d’engagement. […]
Conscientiser pour ensuite agir, c’est formidable. Grâce à La Bascule, je sais où je veux aller, mais surtout, je sais pourquoi.

J’ai pu mettre enfin des mots à cette notion de collectif et à sa valeur afin de faire face aux enjeux qui nous entourent.

Mathieu

Mewen

A la Bascule, j’ai découvert des gens qui changent le monde chacun à leur manière.

Ce que je retiens de mon expérience à La Bascule, c’est la prise de conscience de la fragilité et de la beauté de la planète que je n’avais pas en arrivant. J’ai aussi appris à mieux exprimer mes émotions et à faire confiance aux autres, ainsi qu’à mieux écouter avant d’agir. J’ai aussi appris à avoir plus confiance en moi grâce à un esprit de groupe tolérant et bienveillant, qui a pris soin de moi.

Arthur

Cassandre

Cuisiner ensemble, se soutenir dans les épreuves, s’écouter vraiment, se laisser l’espace, être attentif à l’autre, intégrer tout le monde dans l’esprit du collectif…

Vivre à La Bascule ça a été pour moi comme découvrir une nouvelle famille. Un groupe de personnes qui percevaient les mêmes incohérences dans le monde que moi. Enfin, je n’étais plus seule. Soulagement énorme. Mais aussi, force incroyable. La puissance de soutien, l’action qui anime ce groupe n’a pas de limite.

Cette expérience est ainsi une source d’inspiration et de motivation sans limite. Presque toutes et tous en repartent éblouis, ressourcés et avec une envie décuplée de changer leur mode de vie et de lancer des actions plus ambitieuses.

La Bascule a beaucoup amplifié mon engagement. Maintenant je n’ai plus cette retenue pour oser m’engager, aller et rencontrer des assos. Et créer ma propre asso ! Ça m’a ouvert beaucoup de portes.

La Bascule nous a aussi apporté à chacun un grand réseau. On se sent lié, épaulé.

Grâce à la Bascule j’ai décidé de faire un master en urbanisme spécialisé sur la transition écologique des villes. Je veux agir au quotidien dans mon travail, et pas seulement à coté bénévolement dans des assos.

Marion

Nicolas

Cette communauté c’est aussi une source de savoir infinie ! La transmission de connaissances y est permanente et sur tous les sujets, de l’intelligence collective à comment planter des patates, de la gestion de projet aux démarches administratives, des sciences “dures” à la politique, du savoir vivre au savoir être.

J’ai trouvé des personnes animées par la même envie d’agir, qui cherchaient à mettre du sens dans leur vie, prêtes à des sacrifices et à relever des défis qui en auraient effrayé bon nombre. Ça m’a rassuré et redonné de l’optimisme. Ces personnes me ressemblaient dans certaines idées mais pour autant cela a été un enrichissement phénoménal d’être nourri de connaissances de toutes ces mouvances écologistes, militantes, colapsologues ou liées à la gouvernance partagée, la permaculture, la facilitation, les constructions alternatives, le développement personnel… Ma vision du monde en a clairement été modifiée durablement.

Alexis

Philippe

Ce format est très puissant : il dégage une ambiance géniale, des relations interpersonnelles et une énergie de folie … tout à fait ce qu’il nous faut pour construire ce nouveau monde dont nous rêvons 🙂

Quand je pense à La Bascule, le premier mot qui me vient est « extraordinaire ». Mot à prendre au premier sens du terme, « extra » – « ordinaire », autrement dit au-delà, qui dépasse l’ordinaire !

Les personnes que j’ai rencontrées, les discussions que j’ai eues, les choses que j’ai réalisées, toutes sortaient de l’ordinaire.

Tellement de choses vécues, de joies, de célébrations, de lien, d’expériences, d’apprentissages ! Mais aussi tellement de doutes, de chocs, de moments durs ! Mais tout cela a été tellement constructif pour ma part.

C’est ça, pendant 3 mois, je me suis construit, j’ai appris tellement, j’ai grandi tellement que je n’aurais jamais imaginé ça possible. Alors qu’ai-je bien pu apprendre de si « extra-ordinaire » me diriez-vous ?

La suite du témoignage ici

Trombinoscope-87

Lucas

Léonard

La Bascule m’a appris que nous avions tous un pouvoir d’agir et qu’il ne tenait qu’à nous de l’utiliser. 

Etudiant en medecine, je réfléchis à comment le système de santé pourrait s’inspirer de ces enseignements pour une société plus durable.

C’est l’apprentissage d’une vie : j’ai appris à me connaître, à comprendre comment je fonctionne, à me pardonner mon imperfection et celle des autres. J’ai appris à déconstruire des croyances ancrées comme celle de “l’impuissance apprise” qui est pour moi le plus gros frein à la transition.

Baptiste

Charlotte

Je n’ai pas besoin de retourner en Amérique du Sud pour faire un voyage intérieur. C’est possible de vivre autrement, de travailler différemment, d’avoir des relations avec les autres qui nous font grandir et de leur dire les choses.

J’ai appris tellement de choses… Le développement de ma posture de coopération, passer du consensus au consentement, l’importance de l’humain dans les transitions. Passer d’une vision rationnelle des transitions à une vision beaucoup plus irrationnelle et humaine. La nécessité de plus de démocratie pour faire basculer le système.

Romain

Phil

Pour moi, La Bascule c’est tout d’abord une opportunité, une chance de pouvoir se consacrer à plein temps sur des projets qui ont du sens. […] La Bascule est avant tout une expérience de vie, une expérience humaine. Des outils, des projets, du boulot, certes ! Mais l’apprentissage s’effectue vraiment dans le collectif, avec les autres, dans l’interaction et le partage. […] Un espoir. Un espoir de « demain possible », ou en tout cas de chemin.

A La Bascule, le lien entre transition écologique, sociale et démocratique s’est vraiment tisser pendant mon séjour et ce entre autres grâce aux principes de la gouvernance partagée ! La remise en cause des gouvernances en général.

J’ai aussi énormément appris sur la posture de coopération et la facilitation. Quel bouleversement ! Ca a été une nouvelle balise pour moi dans mon parcours, je pense que c’est ce que je désire faire dans ma vie, lier les personnes, leur permettre de créer un espace où la discussion est possible. Merci La Bascule pour ça !

WhatsApp Image 2020-06-13 at 15.42.52

Marie

Anonyme

Je ne m’attendais pas à vivre une expérience transformatrice sur le plan individuel. Pourtant s’il y a bien une chose que j’ai appris et que j’apprend encore, c’est la nécessité de la posture de coopération individuelle pour coopérer collectivement. Ce processus de décontraction est long et certainement pas linéaire. Il demande de repenser mes interactions avec les autres. Même si le chemin est encore long, mon passage à La Bascule a transformé ma façon de voir l’autre et d’accepter ses différences, ses imperfections. Je trouve doucement ma place dans ce monde et j’accepte que les autres aient une posture différente que la mienne.

Ici, j’ai grandi, j’ai changé, j’ai appris. Sur moi d’abord, sur mes forces, faiblesses et talents, mais aussi j’ai appris ce que c’était d’être vraiment à l’écoute de l’autre, de comprendre et accepter son point de vue. J’ai grandi aussi car je sais désormais au fond de moi que l’autogestion ça fonctionne. La confiance à 100 ça fonctionne.

Mon top 3 des plus gros changements de pensée suite à mon expérience La Bascule ?

1) L’erreur fait partie de l’apprentissage et donc il faut savoir la digérer mais aussi l’exploiter : c’est hyper riche. Faire des erreurs et les valoriser n’est pas du tout dans notre système de valeur actuel occidental, donc en plus de nous tromper il s’agit de rectifier notre rapport à l’erreur pour en faire une force, en toute transparence. Apprendre à dire pardon autant qu’à dire merci ou “je t’aime”

2) Le chemin est aussi important que le but

3) Intention et modestie

Anonyme